jeudi 13 mai 2021

Vimukti alerte la population sur la conduite à tenir face au Covid



Vimukti Pothnal est entré en campagne pour sensibiliser le public aux dangers créés par la COVID-19. Le pays enregistre des contaminations et des décès sans précédent. Le coronavirus provoque des maladies allant du rhume à des maladies plus graves qui affectent le système respiratoire ou les reins. Dans plusieurs États, le nombre de contaminations augmente tous les jours de manière significative. Vimukti informe la population sur les précautions à prendre conformément aux consignes données par l'Etat du Karnataka, en diffusant les messages suivants: "Restez à la maison, sauvez votre famille, évitez les transports en commun, gardez une distance de sécurité, lavez-vous les mains plus fréquemment, évitez les rassemblements et les foules, évitez de vous toucher le visage, etc. et si possible, faites-vous vacciner."


jeudi 29 avril 2021

Un vent de panique souffle sur l'Inde

Suite à la soudaine recrudescence de la pandémie, un confinement de 14 jours a été imposé dans tout le Karnataka jusqu'au 12 mai. Les médias français ont largement fait écho à la situation devenue hors de contrôle dans les grandes villes comme New-Delhi, Mumbai ou Bangalore. Un situation due en grande partie au manque d'anticipation, à la suffisance et à la démagogie du Premier ministre nationaliste hindou Narendra Modi. Des moyens matériels (notamment en oxygène) arrivent des Etats-unis, du Royaume-Uni, de l'Union européenne... et de la France.

Si la situation en Inde est préoccupante, il faut cependant relativiser. L'Inde est un très grand pays et les disparités sont parfois considérables d'une région à l'autre. Selon les informations reçues aujourd'hui de Satish, le directeur de Vimukti, aucune des familles parrainées n'est atteinte par la Covid pour l'instant et les courriers qui respectent les nouvelles modalités pratiques arrivent à bon port. Pendant la période de confinement, aucun déplacement non indispensable n'est autorisé sur le territoire. Cependant les commerces de première nécessité, les services publics, les banques et les services postaux restent ouverts le matin. Toute l'équipe de Vimukti se mobilise à nouveau pour accompagner et soutenir les familles les plus en difficulté. 

Lors du dernier Conseil d'administration, il a été décidé que les jeunes qui sortiront du parrainage en Juin prochain verraient ce départ reporté en Décembre, comme nous l'avions fait en 2020. La petite cérémonie organisée à cette occasion permet de faire coïncider la fin du parrainage avec la remise des cadeaux de Noël. Cette décision, prise d'un commun accord avec Vimukti, sera désormais la norme pour les années à venir car la période est plus favorable et elle permet de réunir la quasi totalité des familles parrainées. Par voie de conséquence, il sera mis fin aux parrainages financiers au mois de Décembre pour les jeunes agés de 18 ans révolus. 

Certains d'entre vous n'ont pas attendu un appel aux dons pour effectuer un versement complémentaire destiné à venir en aide à Vimukti dans cette période difficile. Les dons exceptionnels sont toujours bienvenus, en précisant bien leur destination. Cependant, sachez que nous sommes confrontés à une difficulté majeure que nous espérons ponctuelle. Tout récemment, une nouvelle loi, appelée le Foreign Contribution Regulation Act, été votée au Parlement indien. Dans un souci de pouvoir contrôler les sommes d'argent venant de l'étranger et peut-être aussi avec la volonté d'y mettre bon ordre à leur façon, cette loi impose désormais que les associations indiennes recevant de l'argent de l'étranger demandent la création d'un nouveau compte bancaire centralisé à New-Delhi. Les dossiers sont instruits par des fonctionnaires du gouvernement très exigeants et qui font traîner (volontairement!) la réponse. Vimukti attend depuis 3 mois déjà que lui soit communiquées les coordonnées du nouveau compte sur lequel devront obligatoirement transiter nos prochains versements. Nous avons donc suspendu ces versements jusqu'à nouvel ordre. Nous comblerons le retard dès que Vimukti (qui reste confiant malgré tout!) nous aura communiqué ses nouvelles coordonnées bancaires.

Au regard de la situation sanitaire mondiale, nous n'avons aujourd'hui aucune visibilité sur un possible voyage en Inde ...

lundi 19 avril 2021

Formation sur les activités génératrices de revenus


Vimukti Pothnal a organisé une formation sur les différentes façons pour les femmes pauvres de générer des revenus. Jecintha, l'animatrice du projet, a fait un exposé sur l’importance des groupes d’entraide et sur leur fonctionnement pour répondre à cet objectif. Avec leurs maigres économies, les femmes doivent faire face aux besoins quotidiens, aux dépenses liées à la maladie, aux mariages ou au financement de leurs petites entreprises. Vingt-cinq groupes d'entraide ont été mis en place. Les femmes ont reçu une formation à la fabrication de guirlandes, à l'élevage de chèvres et à la valorisation des produits laitiers. Quelques groupes d'entraide ont démarré leur entreprise, liée au marché local. Les groupes ont également reçu une formation sur les droits de l’enfant, les droits des femmes, les droits et devoirs des panchayats (comités de village), les programmes de protection sociale du gouvernement, etc. Ishamma et Mariyamma, les chefs de file de ces groupes étaient également présentes à ce séminaire. Arogyappa a cordonné l'ensemble du programme. Les femmes pauvres sont très motivées à travailler pour leur propre compte afin de devenir plus autonomes, répondre ainsi aux besoins des membres de leur famille et offrir une meilleure éducation à leurs enfants. Près de 200 femmes ont bénéficié de ce programme. 


vendredi 16 avril 2021

Une seconde vague virulente qui fait craindre le pire


L'Inde est aujourd'hui confrontée à une seconde vague virulente qui se propage à une vitesse inédite depuis le début de la pandémie. Les médecins incriminent, entre autres, les grands rassemblements, qu'ils soient de nature politique ou religieuse, mais d'autres causes ne sont pas exclues, avec l'apparition d'un nouveau variant plus contagieux identifié sur le sol indien.

Lundi 12 avril, l'Inde avait officiellement enregistré un total de 13,5 millions de cas, ce qui en fait le deuxième pays le plus touché au monde, après les Etats-Unis (quatre fois moins peuplés). Depuis début avril, le nombre de contaminations quotidiennes a plus que doublé, selon les autorités sanitaires. Difficile de connaître la réalité: le nombre de décès est vraisemblablement sous-estimé, l'Inde n'affichant un bilan officiel que de 175 000 morts depuis le début de la pandémie.

A quoi est due cette recrudescence? Les épidémiologistes dénoncent les lieux et les espaces bondés, alors que les meetings politiques et les rassemblements religieux battent leur plein, avec un grand nombre de participants sans masque. Quelque 175 millions d'Indiens sont appelés aux urnes pour des élections régionales. Pour que le parti nationaliste au pouvoir (le BJP) gagne cette élection, le Premier ministre Narenda Modi et son ministre de l'Intérieur ont tenu des meetings devant des milliers de militants agglutinés souvent sans masque. Dans ce contexte, le pèlerinage hindou de Kumbah Mela, qui rassemble des millions de personnes à Haritvar, au nord du pays, concentre les inquiétudes. La foule entassée sur les rives du Gange, en attendant de pouvoir s'y plonger pour un bain perçu comme purificateur, témoigne de cette proximité propre à relancer la pandémie dans tout le pays.

L'Etat a prévenu qu'un confinement total, une mesure drastique que le gouvernement fédéral et les gouvernements des Etats cherchent à tout prix à éviter pour protéger l'économie, pourrait être instauré dans les prochains jours si les contaminations continuaient d'augmenter. Selon le ministre en chef de New-Delhi, 65% des nouveaux malades sont âgés de moins de 45 ans.

Alors que l'épidémie repart, la campagne massive de vaccination, patine. L'Inde, qui abrite le Serum Institute, le plus grand fabricant de vaccins au monde, avait lancé sa campagne de vaccination à la mi-janvier. Mais l'objectif ambitieux du gouvernement de vacciner 300 millions de personnes d'ici à la fin du mois de Juillet accuse du retard en raison de ruptures de stocks dans certains Etats. 

(Source France Info 15 avril 2021) 

Vimukti distribue de la nourriture à 200 familles

mardi 16 mars 2021

Vimukti Pothnal honoré et récompensé par l'Etat du Karnataka

Sathish Fernandes, Directeur de Vimukti Pothnal, a reçu le prix d'État «Makkal Kalyana Raja Prashati» pour son service dévoué et précieux en faveur du bien-être des enfants lors du programme de la Journée internationale de la femme qui s'est tenue le 10 mars 2021 au Palace Ground, à Bangalore. Cette décoration à été remise par le Ministre en chef Sri B.S. Yediyurappa Karnataka et Mme Shashikala Annasaheb Jolle, ministre du département des femmes et des enfants du Karnataka, a décerné un certificat. Les dignitaires et organisateurs de l'Etat du Karnataka ont souligné et applaudi aux services rendus par Vimukti.


lundi 1 mars 2021

La formation et l'orientation professionnelle des jeunes

Le 15 février dernier, Vimukti Pothnal a organisé une formation sur l'orientation des jeunes de la zone du projet. La ligne directrice de l'atelier était d'aider les jeunes générations à mettre en valeur leurs compétences. La personne-ressource, M. Saver KDDC Karwar, a motivé les jeunes à atteindre leurs objectifs en affrontant les défis avec courage. Parallèlement, des conseils pratiques et des exemples ont été donnés aux jeunes sur l'entrepreneuriat, sur la meilleure manière de se présenter aux concours ou à des entretiens d'embauche. Plus de 100 participants ont suivi à cette formation.

lundi 15 février 2021

Vers une immunité collective face au Covid-19 ?


A New Delhi, les cinémas, les restaurants et coiffeurs grouillent de monde. Les écoles et universités ont rouvert et les gens se pressent dans les rues et les centres commerciaux. Les hôpitaux ne sont pas saturés et la vie semble quasi normale... Le 10 février dernier, la capitale indienne n'a enregistré aucun nouveau cas, une première depuis le mois de mai 2020. Le nombre de morts est aussi en chute libre. Avec 11 millions de cas cumulés depuis le début de la pandémie, l'Inde figure certes au 2è rang mondial en matière de contaminations, mais rapporté à sa population, elle fait partie des meilleurs élèves (un taux presque 7 fois inférieur à la France).

Tandis que de nombreux pays font face à une deuxième voire une troisième vague, l'Inde semble être sortie d'affaire sans nouveau confinement et sans avoir imposé une surveillance aussi stricte qu'en Chine. On ne peut pourtant pas dire que le respect des distanciations sociales soit particulièrement respecté. Après avoir imposé un confinement strict au mois de mars, les autorités ont commencé à lever les restrictions dès le mois de juin pour relancer leur économie dans un état dramatique, alors même que l'épidémie était en plein essor.

L'explication ne réside pas non plus dans la vaccination qui a débuté il y a moins d'un mois. Et alors que le pays est l'un des premiers fabricants de vaccins au monde, qu'il exporte dans de nombreux pays, sa population est elle-même réticente à se faire vacciner. Enfin le système de santé indien est beaucoup moins pourvu que celui de la plupart des pays, avec une dépense par habitant de 73 dollars à peine, contre 4 690 dollars en France par exemple.

Le cas indien rend la plupart des épidémiologistes perplexes. Certes le faible nombre de tests effectués et le recensement déficient des véritables causes de décès, surtout dans les zones rurales, peut expliquer en partie les bons scores du pays. Mais même sous-estimée, l'épidémie n'en demeure pas moins sous contrôle. Selon les experts, il se pourrait que le pays ait atteint une certaine immunité collective. Une récent étude indique que 46,7 % de la population a déjà été contaminée dans l'Etat du Karnataka.

La jeunesse de la population et le climat sont peut-être d'autres explications. Les médecins comme les autorités restent donc sur leurs gardes. "Une seconde vague peut survenir à n'importe quel moment, nous devons y être préparés, car certains variants pourraient passer à travers les défenses immunitaires mises en place", met en garde Jayaprakash Muliyil, sur le site Les Echos. Le port du masque est toujours recommandé, et le gouvernement vise 300 millions de personnes vaccinées d'ici le mois d'août.

(d'après un article de Céline Deluzarche paru dans le magazine Futura, 15 février 2021)

samedi 6 février 2021

Lutter contre la violence faite aux femmes et aux enfants

Les 18, 21 et 30 Janvier 2021, Vimukti a organisé des réunions d'information relatives à la traite des êtres humains et à la violence dont sont victimes les femmes et les enfants. Très régulièrement les médias se font l'écho des atteintes aux droits des femmes et des enfants dans diverses régions de l'Inde. Une violence qui reste en grande partie impunie. C’est ce que montrent les rapports publiés et les recherches menées par les Nations Unies, les agences internationales de défense des Droits de l’homme et les mouvements féministes mondiaux qui dénoncent cette situation depuis des décennies. Cette violence prend de nombreuses formes, qui vont de la violence domestique au viol, en passant par les abus sexuels,  les pratiques de mutilations génitales, les crimes d'honneur et le mariage prématuré. Face à tous ces problèmes, Vimukti a proposé des programmes de sensibilisation dans les écoles et les villages du district de Manvi. 150 enfants, jeunes femmes et hommes ont bénéficié de ces programmes.


mercredi 3 février 2021

Le courrier postal arrive à nouveau à destination


Pas de séjour à Pothnal cette année en raison de la pandémie. l'Inde nous manque et particulièrement le contact avec les familles et l'équipe de Vimukti. Nous restons en contact par mail et nous nous tenons informés de l'évolution de la situation à Pothnal et dans la région de Raichur.

Quelques bonnes nouvelles: aucune des familles parrainées n'a été contaminée, à ce jour, par la Covid 19. L'Inde a assoupli ses restrictions contre le coronavirus en raison de la baisse des contaminations et des décès. Les enfants reprennent peu à peu le chemin de l'école (groupes en alternance) et malgré toutes les incertitudes liées aux vaccins, les autorités ont entrepris une grand campagne de vaccination. Il faut avoir à l'esprit que 50% de la population en Inde a moins de 25 ans. 

Comme nous en avons fait l'expérience, le courrier postal arrive à nouveau à destination. En conséquence, nous avons décidé de reprendre le fonctionnement habituel des correspondances par voie postale. Nous vous recommandons donc d'adresser directement les courriers à vos filleuls (les), en lettres capitales et en privilégiant enveloppes ou pochettes indéchirables, à l'adresse ci-après:

FR. SATISH FERNANDES
DIRECTOR 
VIMUKTI CHARITABLE TRUST (R).
JEENUR ROAD POTHNAL, 
MANVI TALU, RAICHUR DISTRICT-584143
KARNATAKA, INDIA. 

jeudi 14 janvier 2021

Garder le contact avec les études par la lecture


Les livres permettent de comprendre le monde et ils peuvent aider à traverser des périodes difficiles. Il est donc essentiel de pouvoir proposer des livres aux enfants sur les chemins de l'éducation. C'est la raison pour laquelle Vimukti Pothnal a installé une bibliothèque dans ses murs. Pendant le confinement, de nombreuses bibliothèques publiques ont fermé leurs portes. Vimukti a décidé d'encourager les enfants à la lecture pour que celle-ci devienne une habitude. Cette bibliothèque modeste contient des livres sur les connaissances générales, les sciences, les droits de l'enfant mais aussi des livres d'histoires pour enfants. Des biographies sur des grands leaders indiens tels que Ambedkar, Abdul Kalam, Gandhi, Baghat Singh et bien d'autres encore complètent cet éventail. La lecture permet aux enfants de rester en contact avec les études en attendant la réouverture des écoles.

samedi 9 janvier 2021

Le rêve d'Hampamma est devenu réalité


Hampamma habite dans le petit village de Malkapura, dans le district de Raichur. Elle a accédé au niveau pré-universitaire (PU), mais à l'âge de 19 ans, elle a dû se marier avec un garçon du village. Ils ont alors déménagé à Bangalore pour rechercher du travail. Elle a trouvé un emploi dans une usine de confection où elle était payée 7000 roupies par mois (80€) et son mari a trouvé une emploi de chauffeur. Tombée enceinte, elle n'a pas supporté les trajets quotidiens et le travail à l'usine. Elle est retournée dans son village pour mettre au monde une petite fille, Deepika. Trois mois après la naissance, son mari a coupé tous liens avec elle et il n'a plus jamais donné de nouvelles. Elle est restée vivre avec sa belle-mère qui a 55 ans et qui travaille de temps en temps comme coolie. Sans revenu et sans perspective, elle était découragée. 

Elle a fait part de ses difficultés à Vimukti. Par chance, une projet d'auto-entreprenariat était sur le point de démarrer. Considérant son niveau d'études, son nom a été proposé comme entrepreneur potentiel pour le village. Sa candidature a été retenue malgré les défis liés à la gestion d'une entreprise. Sa belle-mère l'a encouragée à assister aux formations initiales, avec son bébé dans les bras. Elle s'est peu à peu familiarisée avec l'ordinateur et elle a commençé à découvrir les services en ligne. Elle a développé ses capacités en enseignant l'informatique à l'école gouvernementale voisine avec un ordinateur et un vidéo-projecteur. Aujourd'hui, elle anime également des cours d'alphabétisation pour adultes le soir et elle est très respectée. Elle a gagné en confiance en gardant la tête haute. Elle a ouvert sa petite échoppe dans son village et elle propose des service en ligne à la communauté. Elle envisage de développer son activité en investissant dans de nouveaux équipements. Elle gagne environ 7000 roupies par mois (80€), soit autant que ce qu'elle gagnait en se rendant à l'usine, et elle est heureuse de pouvoir rendre service aux gens de sa communauté. Elle conseille les plus jeunes et les encourage à suivre son exemple. Elle souhaite qu'un jour, Deepika, qui n'a encore que 3 ans, fasse des études et reçoive une bonne éducation.

mercredi 6 janvier 2021

Accompagner les plus démunis dans la lutte contre la corruption


Je m'appelle Basamma. Je suis l'épouse de Timmappa et nous habitons dans le village de Sunkanur, dans le district de Manvi. Nous faisons partie des plus basses castes et nous sommes dans une situation financière très critique. Nous avons trois fils. Ils vivent à Bangalore du maigre salaire quotidien qu'ils obtiennent parfois en contrepartie d'un travail épuisant. 
Au cours des dix dernières années, le gouvernement nous accordait une petite pension alimentaire d'environ 1000 roupies par mois. (12€). Nous nous débrouillons pour survivre avec cette maigre allocation. Mais depuis le début de la pandémie au mois de Mars, nous n'avons pas reçu notre pension. Nos fils ne sont pas actuellement en mesure de nous aider. Nous avons fait part de nos difficultés à Ishamma, la porte-parole de Vimukti. Elle nous a accompagné dans nos démarches pour réclamer cet argent auprès de la Banque, du bureau de Poste, au service des Recettes. Sans résultat.
Nous voulions savoir ce qui s'était passé et pourquoi l'argent ne nous était plus versé. Finalement, nous avons appris que le postier, après avoir nié, avait gardé l'argent pour lui depuis 5 mois. Grâce au soutien de Mme Ishamma, nous avons reçu 5000 roupies et cela nous a permis de faire face à nos besoins les plus urgents. Nous sommes très reconnaissants à Vimukti et à Mme Ishamma pour leur intervention et leur aide sans laquelle nous aurions été déboutés.   

dimanche 27 décembre 2020

Children's Christmas

Jeux, chants, danses ont égayé cette journée qui s'est clôturée par la remise de vêtements et de chaussures

mercredi 23 décembre 2020

Noël des familles parrainées


En cette période de Noël, Vimukti Pothnal, avec le soutien financier de "ensemble, agissons", a manifesté sa solidarité avec les familles parrainées en organisant une rencontre le Dimanche 20 décembre dans l'enceinte de Vimukti récemment rénovée. Dans ce contexte de pandémie, beaucoup sont privés d'emploi et ne peuvent compter que sur la générosité qui se manifeste autour d'eux. Grâce a vos dons, chacune des 70 familles présentes à ce rendez-vous en reçu en cadeaux: deux chaises, un tapis de sol, des gourdes, des couvertures en laine, des lunch-boxes, des tasses à thé avec un plateau, et un assortiment de nourriture.

Cette rencontre a été aussi l'occasion de dire un "au revoir" aux 4 jeunes garçons et filles dont le parrainage s'est arrêté en Juin dernier parce qu'ils avaient atteints l'âge de 18 ans. Dans son allocution, Satish, le Directeur de Vimukti, a partagé quelques souvenirs d'enfance et il a encouragé ces jeunes adultes à poursuivre leur objectif afin de s'insérer au mieux dans la société. Sindhu, Shashi Kumar, Saundharia et Devamma ont exprimé leur reconnaissance et leur gratitude envers les marraines et parrains qui les ont accompagnés aux cours de ces dix dernières années. Comme le rappelle le dicton: "Les séparations sont des moments difficiles à vivre, mais les souvenirs sont des trésors que personne ne peut voler". Une autre aventure s'offre à eux aujourd'hui, maintenant qu'ils ont acquis leur autonomie. Ils vont devoir affronter une vie nouvelle en apportant à leur tour leur contribution à la société.

Satish a encouragé tous les enfants à continuer d'apprendre et à valoriser le temps et l'argent que les marraines et parrains consacrent à leur filleuls (les) pour les accompagner sur les chemins de l'éducation. Cette rencontre est un moment privilégié (auquel nous ne pouvons participer cette année) pour se souvenir du soutien moral et financier permanent dont les enfants et leurs famille bénéficient grâce au partenariat établi depuis 2009 entre Vimukti et "ensemble, agissons".

A l'issue de la cérémonie, les cadeaux ont été distribués et la rencontre s'est clôturée par un repas de fête partagé avec les membres de l'équipe. 

   

lundi 7 décembre 2020

Une décennie au service des populations marginalisées

Extraits d'un dossier de 24 pages qui rassemble toutes les données quantitatives du travail social réalisé par nos amis de Vimukti au cours de la dernière décennie.



jeudi 3 décembre 2020

Extraits du Rapport d'activités 2019/2020 de Vimukti

Ce rapport d'activités de 83 pages détaille par le menu toutes les actions réalisées par Vimukti, chiffres à l'appui. Si vous souhaitez vous le procurer, vous pouvez en faire la demande à Daniel par mail.









mercredi 25 novembre 2020

Grâce à l'informatique, Mahadeva découvre le plaisir d'apprendre

Je m'appelle Mahadevama. Je suis originaire de Neermanvi, dans le district de Raichur. Je vis avec mes 6 frères et soeurs. Je n'ai reçu aucune éducation de la part de mes parents et je ne sais ni lire, ni écrire. Bien que j'ai toujours eu le désir d'apprendre, je n'ai jamais eu l'occasion de le faire. Depuis l'année dernière, l'école est équipée en informatique et propose des cours auxquels je me suis inscrite. J'ai appris les bases du vocabulaire utilisé en informatique pour apprendre plus rapidement. J'étais heureuse de pouvoir manipuler un ordinateur pour la première fois de ma vie. Pendant trois mois, j'ai suivi assidûment les cours. J'ai appris aussi à utiliser les nombres, ce qui m'a permis d'apprendre à me servir d'un téléphone. J'ai un grand désir d'apprendre de plus en plus et je suis en quête de toutes les opportunités car je veux atteindre de nombreux objectifs dans ma vie. Je suis reconnaissante à Vimukti de m'avoir offert cette opportunité d'apprendre et d'avoir une vie sociale épanouie.

jeudi 19 novembre 2020

Appel aux dons et solidarité avec Vimukti



Chers amis, chers adhérents,

La pandémie du Covid 19 nous a plongé dans l'incertitude du lendemain. Elle nous rappelle à notre condition humaine et nous devons faire preuve de beaucoup d'humilité face à ce qu'il advient partout dans le monde.

La situation en Inde, notamment au Karnataka et dans le district de Raichur, s'aggrave de jour en jour, laissant de coté les plus pauvres et les plus fragiles. Les enfants n'ont plus remis les pieds à l'école depuis plus de 8 mois et les perspectives à venir ne sont guère optimistes. Nos amis de Vimukti Pothnal continuent de faire un travail formidable auprès des familles de Pothnal et des 16 villages alentour concernés par le projet de développement que nous soutenons depuis plus de 11 années. Ils ont plus que jamais besoin de nous et de notre soutien financier pour traverser cette période perturbée et indécise où la priorité est donnée, pour un temps, à la santé et à l'accompagnement des familles qui en ont le plus besoin.

Vimukti a notamment distribué des kits de nourriture à toutes les familles de enfants parrainés et plus largement aux familles les plus démunies. Comme l'a rappelé Véronique dans son message adressé aux marraines et parrains, une lettre et quelques photos sont accueillis avec un immense plaisir car c'est la meilleure façon de garder le lien avec l'enfant et sa famille. 

La pandémie du Covid 19 n'est pas sans conséquence non plus sur la vie de l'association. Les recettes 2020 sont en diminution en raison de l'impossibilité d'organiser des manifestations susceptibles de collecter des fonds. Pas de conférences, pas de projections de films, pas d'expositions de photos, pas de vente d'objets artisanaux et cela va durer encore quelque temps. Il nous faudra sans doute envisager de nouvelles pistes, nouer de nouvelles solidarités, imaginer de nouvelles façons d'attirer l'attention du public...
 
Je profite donc du festival des Solidarités qui se tient majoritairement à distance partout en France malgré le confinement, du 13 au 25 Novembre, pour faire appel à votre générosité, dans la mesure de vos moyens et de vos possibilités. 

Comptant sur votre solidarité et votre générosité, je vous souhaite, en dépit de cette pandémie, une belle fin d'année 2020. 

Daniel Helbert, Président

lundi 16 novembre 2020

Information aux marraines et parrains


Chères marraines, chers parrains,

Voilà déjà 8 mois que la pandémie sévit et nous souhaitons vous tenir informés de la situation en Inde, en particulier à Pothnal et dans ses environs, ainsi que de la répercussion de cette situation sur les enfants parrainés et leurs familles. Nous avons interrogé Sathish, le Directeur, en lui posant des questions précises. Vous trouverez ci-dessous un résumé des réponses à nos questions.
Nous n'avons heureusement pas à déplorer de graves conséquences sur la santé de nos amis de Vimukti et des familles dont ils s'occupent en particulier. Par contre la situation est difficile sur le plan de l'éducation et les efforts qui en temps normal sont principalement dirigés vers une scolarité régulière et un suivi de santé de base  portent plus actuellement vers la lutte contre le covid et la fourniture de biens de première nécessité. L'équipe de Vimukti s'adapte à cette situation et donne le meilleur pour le bien-être des enfants et de leurs familles ... en attendant des jours meilleurs pour que l'apprentissage scolaire des enfants reprenne pleinement ses droits.

Voici les réponses de Vimukti aux questions de "ensemble, agissons" :

Les mesures générales concernant la pandémie au Karnataka et en particulier à Pothnal :
- Port du masque obligatoire ; usage de désinfectants ; distanciation physique / sociale ; larges rassemblements interdits.
- Campagnes de tests ; quarantaine stricte à la maison  pour les cas positifs.
- Ecoles / universités fermées ; media et chaines de télé utilisées pour l’enseignement. Enseignement à distance mis en place dans les écoles privées.
- Transports locaux et inter Etats autorisés; services gouvernementaux, restaurants, hôtels, bars cinémas et centres commerciaux réouverts.

Les gens sont globalement patients et coopératifs ; certains le sont moins : voyageurs dans les transports publics, vendeurs sur les voies publiques, salariés journaliers, fermiers et villageois.

La situation dans les familles :
- Les enfants sont les plus affectés par la pandémie à cause de l’éducation. Leurs résultats scolaires ont été gravement affectés par la pandémie. Beaucoup ont arrêté d’apprendre et se sont éloignés de l’enseignement à distance. La plupart étudient chez eux. Certains dépriment. Il leur est difficile d’utiliser leur temps de façon intéressante. Peu d’enfants ont accompagné les parents partis travailler en ville.
- Les besoins principaux sont : l'aide alimentaire, la disponibilité de smartphones pour les cours en ligne, le matériel et les livres scolaires, les masques, désinfectants et savons.
- Les conséquences dans leur vie de tous les jours : peu de suivi dans l’apprentissage scolaire, certains enfants sont amenés à aller faire un travail journalier pour soutenir leurs familles.

Les écoles :
- L’ouverture des écoles n’est pas clairement à l’ordre du jour, sauf peut-être prochainement pour les classes 9 à 12 (3ème à terminale chez nous).
- Des cours pour les niveaux 6 à 10 sont diffusés sur une chaîne télé. L’application zoom est utilisée pour les élèves de niveau 10. La grande école des frères capucins de Pothnal organise des cours en ligne régulièrement. Des examens semestriels ont été organisés à distance. Les enfants apprennent à lire et à écrire en étant chez eux.
- La situation est particulièrement difficile pour les écoles gouvernementales : manque de place, absence des élèves, faible coopération des parents, pas de matériel scolaire, pas de moyens pour s’équiper de smartphones et peu de réseau pour l’enseignement à distance.
Cependant Vimukti peut compter sur la proximité des parateachers dans les villages pour assurer un meilleur suivi.

Le rôle de Vimukti :
Depuis le début de la pandémie, l’équipe de Vimukti a fait un très gros travail auprès des familles : visites régulières, programmes de sensibilisation au covid, éducation des parents et des enfants  pour faire face à la situation actuelle, fourniture de matériels nécessaires à la lutte contre le covid, contrôles de santé réguliers, distribution de kits alimentaires aux nécessiteux, travail dans des centres de premiers soins, obtention des aides gouvernementales disponibles pour les familles.

Chères marraines, chers parrains, votre soutien est particulièrement important dans cette période difficile et nous vous remercions de votre fidélité et de votre générosité. Sachez que vos courriers et photos adressés à vos filleuls sont régulièrement transmis par nos soins à Vimukti ; les animateurs les traduisent et les remettent aux enfants qui les reçoivent toujours avec un immense plaisir.

Nous vous souhaitons une bonne suite de confinement. Bien amicalement à vous.

Véronique Fabart, secrétaire et chargée du suivi des enfants parrainés, pour l'équipe de "ensemble, agissons".

mercredi 4 novembre 2020

Vimukti Pothnal met toute son énergie au service des plus nécessiteux

Le 28 octobre 2020, Vimukti a organisé dans ses locaux la distribution de kits alimentaires. En raison de la pandémie, nombreux ont perdu leur emploi et sont tenus de rester dans les villages. Il n'y a donc plus de  revenu quotidien pour subvenir aux besoins des familles; tout le monde fait face à des difficultés et se bat pour survivre. Pour beaucoup d'entre eux, il est difficile d'aller travailler dans des endroits éloignés, de maintenir une distance physique, d'utiliser un masque et des désinfectants. La santé reste la seule richesse dans la situation actuelle et les pauvres sont les premières victimes de cette pandémie. Au cours de ces derniers mois, les membres de l'équipe de Vimukti Pothnal ont mis toute leur énergie pour atteindre les gens et répondre à leurs besoins. Sous la direction de son directeur, Sathish Fernandes, personne n'a ménagé ses efforts en se déplaçant dans les villages pour identifier les plus pauvres, ceux qui sont atteints du Sida, les orphelins et semi-orphelins, les devadasis, les veuves, les handicapés et les personnes âgées. Déjà le 24 octobre 2020, ils avaient distribué environ 32 kits alimentaires aux familles des enfants parrainés et le 28 octobre 2020 ils en ont distribué 90 kits aux plus nécessiteux.

Satish Fernandes, le Directeur, a notamment déclaré au cours de son allocution: "Ce que nous remarquons, c'est que le virus n'a pas de territoire, pas de religion ou cible des personnes d'âge particulier. Il faut donc prendre les plus grandes précautions pour empêcher sa propagation. La propreté, le port du masque, le maintien de la distance physique sont indispensables pour lutter contre le virus. Vimukti a servi les plus nécessiteux pendant cette situation désastreuse. Cela a été possible grâce au généreux soutien de nos donateurs et bienfaiteurs et Vimukti tient à exprimer sa profonde gratitude". Le personnel de Vimukti et 110 personnes ont assisté au programme de distribution de kits alimentaires. Ils ont également informés les personnes présentes sur la façon de se conduire et de se comporter en respectant strictement la distance physique.