mercredi 21 novembre 2018

Destins de femmes indiennes à Chikodi (Karnataka)

Deuxième semaine de notre voyage. Nous sommes en route pour Chikodi, petite ville située à 300 km à l'Ouest de Pothnal Raichur. Nous y rencontrons notre ami Arun qui coordonne les groupes de femmes du projet Vimukti dont il a la charge. Dès notre arrivée, Arun nous emmène dans un vieux cinéma de quartier comme il n'en existe plus guère aujourd'hui. La salle peut contenir jusqu'à 300 personnes. Nous sommes dans un autre temps qui n'est pas sans rappeler notre bon vieux cinéma d'antan avec ses vieux fauteuils moisis et les chocolats glacés de l'entracte. On se serait cru dans "Cinema paradiso", le film nostalgique de Guiseppe Tornatore.


Arun nous mène tout droit vers la cabine du projectionniste. A travers la petite lucarne, nous devinons les images d'un film Bollywoodien projetées sur l'écran. Arun échange s'entretient avec le responsable et convient avec lui qu'une projection du documentaire "Destins de femmes indiennes" pourrait avoir lieu dans cette salle devant un public constitué de femmes et des jeunes du collège voisin. Nous n'en croyons pas nos yeux... Reste à vérifier que la projection pourra se faire à partir de la clé usb que je conserve précieusement dans mon sac. Nous convenons d'un autre rendez-vous le lendemain avant la séance matinale. Le moment venu, nous constatons amèrement que le nouveau projecteur numérique récemment installé a été configuré par le distributeur et l'exploitant de manière à ce qu'aucune source extérieure ne puisse être utilisée. Notre déception est la mesure de celle d'Arun qui espérait tant de cette projection sur écran panoramique et son dolby. En désespoir de cause, la projection aura lieu dans une petite chapelle aménagée avec un vidéoprojecteur et un drap en guise d'écran devant un public beaucoup beaucoup plus restreint (70 femmes). Cependant Arun ne s'avoue pas vaincu. Il envisage d'organiser plusieurs projections en février prochain notamment à Belgaum et à Bangalore devant des publics ciblés avec le soutien d'ONG locales. A suivre...